L’Alliance pour la vie et la paix:

L’Alliance Petén pour la vie et la paix est passé d’un effort collectif visant à résoudre certains problèmes historiques (distribution des terres, l’exclusion des femmes et des peuples autochtones, le manque de services d’éducation et de santé, etc) et pour contrer la menace des politiques néo-libérales qui une incidence directe sur la population de Petén. Cette alliance représente 25 organisations du département de Petén au Guatemala, et a fait sa première apparition publique lors de la Journée internationale de la résistance des peuples autochtones, le 12 octobre 2002. Depuis la signature des Accords de paix, le 29 Décembre 1996, les conditions de vie de la majorité des pauvres ne s’est pas améliorée et les causes ou les origines du conflit interne n’ont pas été résolus. Cette réalité a amené les organisations participantes ainsi que pour renforcer le mouvement populaire et la lutte.

Lors de la Journée internationale contre les barrages, le 14 Mars 2004, l’Alliance a lancé une campagne d’information qui se concentre sur le Plan Puebla Panama (PPP), et dont le slogan central est «L’eau, le maïs, et les terres sont les nôtres » (Agua, Maíz, y Tierra fils Nuestros).

EAU: en opposition à la privatisation de l’eau et la construction de barrages.
MAÏS: pour la souveraineté alimentaire (en termes d’autosuffisance, l’auto-détermination) et contre le maïs génétiquement modifié.
LAND: pour la distribution des terres juste.

Depuis le lancement de l ‘«Eau, de maïs et des terres sont les nôtres » la campagne, l’Alliance a lancé un projet «Solidarité de l’économie » en 2009, qui relie les communautés progressistes dans différentes régions du Guatemala et établit des relations commerciales directes. En négociant directement avec l’autre, paysans dans les deux communautés peuvent bénéficier en obtenir plus pour leurs produits agricoles en tant que producteurs et également enregistrer en tant que consommateurs. Par exemple, les tomates et les concombres cultivés en Chimaltenango sont expédiés par camion à Peten communautés. Sur le chemin du retour, le maïs-courrier de camions et de haricots noirs produites dans le dos Peten à Chimaltenango. Coyotes, ou des intermédiaires qui exploitent les paysans qui n’ont pas de pouvoir sur le marché, sont complètement court-circuités et les communautés bénéficient en négociant directement avec les uns les autres de cette façon.